Faut-il se déconnecter pour mieux dormir ?

Faut-il se déconnecter pour mieux dormir ?

Un tiers des français déclare souffrir d’au moins un trouble du sommeil, tel que les insomnies, les réveils nocturnes, d’apnée du sommeil,…
En parallèle, on constate que 4 français sur 10 utilisent smartphone, ordinateur & tablette le soir dans leur lit. 52% ont leur mobile en fonctionnement ou en veille dans leur chambre. 10% peuvent être réveillé la nuit par des messages. 92% consultent dès réception & 79% y répondent dès réception*.


Alors, prêt à vous déconnecter pour retrouver un sommeil de qualité?

Cela passe par la nécessité de mettre le cerveau au repos avant le coucher. Au delà des rituels qui contribuent à adoucir l’endormissement (lumière douce, activité relaxante, ambiance olfactive apaisante, température idéale,..), la sophrologie est une technique qui a fait ses preuves pour venir à bout des troubles du sommeil. En associant des pratiques de respiration, détente musculaire et visualisation positive, elle permet d’atteindre un état de relaxation optimal, souvent perdu depuis longtemps face au stress et agressions quotidiennes.

Prendre conscience de ses ressentis physiques et émotionnels pour découvrir que chacun a et a toujours eu la capacité de reprendre le contrôle et gérer des situations difficiles sans que cela impacte son bien-être, telle est la promesse d’une pratique régulière.

Adopter de bonnes habitudes sans pour autant parler de détox digitale…

C’est possible, premier réflex à adopter : laisser les appareils électroniques hors de la chambre, se déconnecter 2 heures avant de se mettre au lit, respirer quelques gouttes d’huile essentielle de camomille romaine - elle calme le système nerveux – et pratiquer quelques exercices de sophrologie !

 

Article rédigé par Maryse de Wever - Sophrologue


* Etude réalisée par OPINION WAY du 3 au 13 décembre 2015, auprès de 1013 français âgés de 18 à 65 ans (échantillon national représentatif de la population constitué selon la méthode des quotas) pour l’institut national du sommeil et de la vigilance


Écrire commentaire

Commentaires : 0